• Bonjour à toutes et à tous !

    Bienvenue dans ce deuxième numéro des "Découvertes des Possibles".
    Ce mois-ci, numéro un peu particulier, celui-ci ne contiendra qu'une interview que j'ai effectuée auprès de Gwen, professeur de yoga et créatrice du salon de yoga Yøgamåtik sur Orléans. Le mois de Juin, vous retrouverez comme convenu un article lié à un artiste/musique relatif au bien-être.

    En espérant que ce format de découverte mensuel vous plaira, je vous dit à très bientôt !

  •      

  • Yøgamåtik, studio de yoga fantåstik !

  • Anthony : Est-ce que tu peux tu pourrais te présenter ?

    Gwen : Je m'appelle Gwen, j'ai bientôt 35 ans et je suis professeur de yoga.
    J'ai créé Yogamatik il y a 8 mois. J'ai ouvert le studio en Octobre 2017, avec l'idée de regrouper en un même lieu situé en centre ville d'Orléans, différentes disciplines liées au bien-être du corps et de l'esprit, avec le yoga en tête de file.

  • A. : Une raison particulière d'avoir choisi Orléans ?

    G. : Orléans est ma ville natale, j'ai vécu 15 ans à Angers mais je suis revenue m'installer ici en 2015.
    Je souhaitais créer un studio de yoga en centre-ville d'Orléans, pour plusieurs raisons. Beaucoup de projets se développent en périphérie d'Orléans – salles de sport, activités physiques diverses – mais pour les personnes qui habitent ou travaillent en centre-ville, ce n'était pas forcément évident de trouver un lieu proche et facile d'accès pour pratiquer cette discipline. Et bien évidemment pour dynamiser le centre-ville.

  • A. : Est-ce que tu pourrais me dire d'où vient le nom de ton studio, Yøgamåtik ?

    G. : - rires - C'est mon conjoint qui a trouvé le nom lors d'un brainstorming à propos du studio.
    Je voulais qu'on retrouve le mot « yoga » dedans, mais surtout qu'il se démarque de ce qu'on retrouve souvent pour ce type de lieu, comme des termes en sanscrit qui renvoient une image plutôt traditionnelle et parfois un peu surranée de cette pratique. Je voulais apporter une touche plus moderne à la notion de yoga.

    « Matik » évoque pour moi la notion de mouvement qui est quelque chose de très important pour moi car le yoga peut parfois être très « rigide ». Or, nous sommes déjà suffisamment figés dans notre vie quotidienne pour continuer à l'être quand on vient prendre son cours de yoga. Cette notion de fluidité, de mobilité, était du coup importante et évidente à mes yeux.

    Et puis il y a une consonnance nordique dans ce nom, qui évoque des pays où le bien-être est une priorité.
    Ainsi est né Yøgamåtik !

  • A. : Personnellement, je ne pratique pas le yoga et n'y connais pas grand chose, mais je sais qu'il existe plusieurs « styles » de yoga. Quels sont ceux que tu pratiques ? Quelles sont les différences ?

    G. : J'ai commencé avec le Viniyoga, qui est une forme de yoga dynamique mais sans être trop extrême sur le renforcement musculaire. Ensuite je me suis formée en yoga Vinyasa, plus dynamique encore, où les postures s'enchainent au rythme de la respiration, mais qui garde souvent un aspect rigide, très axé sur l'alignement des postures. Je me suis un peu écartée de ma formation initiale, car je privilégie le mouvement, et il me semble essentiel que le yoga s'adapte à chaque individu.
    Je me suis récemment formée au Strala yoga, une méthode qui correspond vraiment à ce que je souhaite transmettre : un yoga qui bouge, mais qui reste dans la douceur et la fluidité, où chacun évolue à son rythme.
    On peut parfois avoir en tête les postures « parfaites », vues sur YouTube ou Instagram, et tomber dans l'antithèse du yoga qui amène certaines personnes à martyriser leur corps et à le pousser au-delà de ses limites alors qu'il n'est pas prêt, en risquant ainsi de se faire mal. Il est important pour moi d'apporter cette notion de respect des individualités et des possibilités de chacun, sans forcer.

    Je propose donc plusieurs formes de yoga, toujours dans cette optique d'adaptabilité. Des pratiques dynamiques pour les personnes qui ont envie de bouger et de se renforcer, et d'autres plus douces pour celles qui souhaitent se détendre et se relaxer.

  • A. : Cela fait combien de temps que tu pratiques le yoga ? Comment cela t'est venu ?

    G. : Pas si longtemps que ça, 4 ans seulement ! Donc c'est relativement récent, mais c'est une véritable passion. Le yoga est apparu dans ma vie quand je traversais une période personnelle difficile, et j'avais besoin de quelque chose qui me permettrait de faire une pause, une coupure. Cela faisait un moment que je pensais au yoga, et j'ai donc sauté le pas lorsque j'habitais encore à Angers. Je travaillais alors en tant que Chargée de Communication dans une société de production de spectacles.

    Le yoga a été salvateur pour moi. Il m'a permis de respirer, de me recentrer sur le moment présent, sur moi-même. A l'issue de cette période compliquée, j'ai tout changé dans ma vie. J'ai quitté mon ancien travail ; j'avais besoin de me sentir utile, d'être en contact avec les gens, de transmettre quelque chose, ce que je ne pouvais pas faire derrière un bureau.

    Je suis donc revenue m'installer à Orléans, et quand je me suis mise à chercher un studio de yoga pour poursuivre ma pratique je me suis rendue compte qu'il était difficile de trouver quelque chose qui corresponde à mes attentes ici.
    J'ai tout de même fini par trouver un studio et une professeur qui me convenaient, et avec qui le courant est bien passé. Quand j'ai appris qu'elle proposait des formations pour devenir professeur, je me suis dit que c'était peut-être vers le cela qu'il fallait que je m'oriente, comme si tout s'alignait dans ce sens...
    Je me suis formée pendant 9 mois auprès d'elle puis elle m'a offert l'opportunité de donner des cours dans son studio, ce qui a été une vraie révélation !

    Voilà comment j'en suis venue au yoga, et chaque jour me confirme un peu plus que j'ai fait le bon choix !

  • A. : Est-ce que tu pourrais me donner dans les grandes lignes le déroulement global d'un cours de yoga avec toi ?

    G. : Bien sûr ! On commence toujours par une petite détente du corps guidée, afin de créer une bulle de transition entre sa journée et la séance de yoga, et permettre de se recentrer sur soi.
    On se focalise par la suite sur la respiration, prendre conscience de son souffle, observer son rythme, son trajet, etc. La respiration traduit en général notre état émotionnel, psychique.
    Ensuite on pratique un échauffement, plus ou moins poussé selon le type de yoga.
    Puis vient la séance à proprement parler qui dure environ 45 minutes à 1 heure.
    On termine par quelques minutes de relaxation, ce qui permet au corps d'intégrer la séance, et de se détendre.

    Un cours dure en général 1h15.

  • A. : Comment cela se passe-t-il depuis ces quelques mois ? As-tu des bons retours ? Est-ce que cela te plaît toujours autant ?

    G. : Cela se passe très bien, même mieux que ce que j'aurais pu imaginer en créant Yogamatik. La majorité de mes cours affiche complet et j'ai de très bons retours d'élèves qui viennent régulièrement et qui voient réellement une différence entre « l'avant et l'après yoga ».

    D'autres qui découvrent cette pratique avec plaisir, au-delà de l'aspect traditionnel qui peut parfois faire un peu peur.
    Il se rendent compte qu'on est aux antipodes du côté « gourou » du professeur de yoga qui existe dans cette discipline, et cela les rassure.

  • A. : Tu es donc associée avec d'autres personnes pratiquants différentes disciplines dans le bien-être, qu'est-ce que tu proposes en plus dans ton studio de yoga ?

    G. : Je propose en plus chez Yogamatik des stages et ateliers, notamment le weekend, pour compléter les cours de la semaine.
    Il y a des séances de Pilates, de la sonothérapie, des ateliers yoga & nutrition, et j'ai une amie naturopathe qui propose des consultations individuelles de naturopathie ainsi que des massages Ayurvédiques.
    Il y a également des évènements ponctuels le samedi matin organisés en collaboration avec NUOO, une start-up orléanaise qui propose une box beauté bio, et qui a récemment ouvert une boutique en centre-ville.
    Après, je suis toujours en quête de nouvelles disciplines liées au bien-être à faire entrer au studio.

  • A. : Est-ce que tu as des projets pour la suite ?

    G. : - rires - J'en ai des tas !

    Évidemment de continuer à développer le studio, rencontrer de nouvelles personnes afin de proposer de nouvelles choses.
    Et essayer pourquoi pas d'associer diverses disciplines et intervenants afin de créer des journées thématiques.
    J'aimerais aussi organiser des « retraites », pendant un week-end par exemple, en gardant le yoga comme fil conducteur.

  • (Merci à Gwen pour m'avoir permis de faire cette interview, et pour son implication dans le bien-être à Orléans !)

    Contact Yøgamåtik :

    Site internet
    Facebook
    Instagram